CIWF Logo Food Business
Search icon

Souches de poulet à croissance plus lente : des avantages commerciaux démontrés

News Section Icon Publié 02/03/2020

Une étude récente, commanditée par la RSPCA au Royaume-Uni, a révélé que trois des souches de poulets de chair les plus utilisées dans le monde ont des résultats inacceptables en termes de bien-être animal et produisent une viande de qualité inférieure.

L'étude, qui a été menée indépendamment par les équipes du Scotland’s Rural College (SRUC), a comparé les résultats en termes de santé, de bien-être animal et de production de trois souches de poulet à croissance rapide avec une souche à croissance plus lente et commercialement disponible.

Les résultats ont montré que les souches de poulet à croissance rapide (appelées "souches conventionnelles") étaient jusqu'à trois fois plus susceptibles de souffrir de boiteries, étaient moins actives et exprimaient moins de comportements naturels par rapport à la souche à croissance plus lente.

Lire le rapport complet ici.

Résultats principaux

Les souches conventionnelles sont inactives dès le plus jeune âge

L'essai a montré que les poulets des souches conventionnelles devenaient inactifs dès l'âge de 9 jours. En 37 jours, ils passaient environ les trois quarts de leur temps assis à ne rien faire, contre 51% du temps pour la souche à croissance plus lente. Cliquez ici pour consulter le graphe.

Les souches conventionnelles passaient 1 % de leur temps à se déplacer à 37 jours, contre environ 13 % pour les poulets de la souche à croissance plus lente au même âge.

La condition physique des poulets de souches conventionnelles est dégradée

Brûlures aux tarses : les souches conventionnelles passent plus de temps assises et donc plus de temps en contact avec la litière. L'état de leurs tarses et de leurs plumes était donc moins bon. Seuls 23,5 à 40,7 % des poulets conventionnels avaient des tarses sains (score 0), contre plus de 80 % des poulets à croissance plus lente. Cliquez ici pour consulter le graphe.

Plumage sale : Plus de 80 % des poulets conventionnels avaient le plumage sale au niveau du bréchet (score 2), contre environ 30 % pour les poulets à croissance plus lente. Cliquez ici pour consulter le graphe.

La propreté du plumage et le nombre de tarses sains ont diminué chez les souches conventionnelles, malgré l'utilisation de copeaux de bois supplémentaires au cours de l'essai pour garder la litière sèche et friable : environ 24 kg de copeaux de bois supplémentaires ont été nécessaires dans les enclos des souches conventionnelles, contre 14,5 kg pour la souche à croissance plus lente.

L'expression des comportements naturels est restreinte chez les souches conventionnelles

Perchage : Les poulets conventionnels passent peu de temps à se percher, avec un pic d'environ 3 % seulement à l'âge de 16 jours, contre un pic d'environ 12 % au 30e jour pour la souche à croissance plus lente. Cliquez ici pour consulter le graphe.

Comportement de confort : Les bains de poussière sont des comportements importants pour maintenir l'état des plumes et sont un signe de bien-être positif. Cependant, les souches conventionnelles passent beaucoup moins de temps à prendre des bains de poussière, avec un pic à 16 jours. En revanche, les poulets à croissance plus lente ont continué à augmenter cette activité jusqu'à 37 jours (le dernier jour de la période d'observation). Cliquez ici pour consulter le graphe.

Les souches conventionnelles sont sélectionnées pour leur productivité

Comme prévu, les souches conventionnelles avaient un gain de poids vif quotidien moyen plus élevé et un taux de conversion alimentaire plus faible que la souche à croissance plus lente. En moyenne, les souches conventionnelles ont pris 63 g par jour (jusqu'à 2,2 kg), contre 46 g par jour pour la souche à croissance plus lente (environ 26 % plus lente).

Le taux de conversion alimentaire pour chaque souche était de 1,46, 1,43 et 1,35 pour les souches A, B et C, respectivement, contre 1,76 pour la souche à croissance plus lente. Dans l'ensemble, les poulets de la souche à croissance plus lente ont mangé environ 21 % de nourriture en plus que les poulets des souches conventionnelles pour atteindre le même poids corporel et ont mis en moyenne 14 jours de plus pour atteindre ce poids.

Tous les poulets ont été abattus à 3 kg. Le poids moyen de la carcasse n'était pas différent entre la souche à croissance lente et les souches conventionnelles A et C ; la souche B avait cependant un poids de carcasse significativement plus léger.

Le rendement moyen en filet n'était pas différent entre la souche à croissance plus lente et la souche B, mais les deux souches avaient un poids de filet significativement plus léger que les souches A et C.

La souche à croissance plus lente avait un rendement en cuisses significativement plus élevé que les souches conventionnelles, d'environ 100 g.

Mortalité plus élevée chez les souches conventionnelles

La mortalité globale (poulets morts et éliminés) était plus élevée pour les souches A et B (environ 11 %) que pour les souches à croissance plus lente (5,2 %) et les souches conventionnelles C (6,8 %). Cliquez ici pour consulter le graphe.

Locomotion dégradée pour les souches conventionnelles

Les poulets issus de la souche à croissance lente marchaient nettement mieux que les trois souches conventionnelles et étaient la seule souche à avoir une proportion (13 %) de score de motricité de 0 (meilleure note).

Dans l'ensemble, la répartition des scores de motricité se situe dans la partie supérieure de l'échelle pour les poulets de la souche à croissance lente et dans la partie inférieure de l'échelle pour les souches conventionnelles. Cliquez ici pour consulter le graphe.

Les souches conventionnelles ont des taux de pathologies musculaires plus élevées

White Striping Example 1 200X166
Exemple de viande de poulet striée

Environ trois quarts des carcasses de poulets conventionnels présentaient des stries blanches (dépôts de graisse intramusculaires, entraînant une faiblesse musculaire et peu attrayants pour les consommateurs). En revanche, la plupart des poulets de la souche à croissance plus lente (90,4 %) n'étaient pas affectés par ce problème. Cliquez ici pour consulter le graphe.

Il est inquiétant de constater que des taux élevés de « wooden breast » (durcissement du tissu musculaire) ont été constatés chez les poulets des souches conventionnelles A (23,4 %) et C (14,3 %).

Le phénomène de « wooden breast » se produit lorsque les cellules du tissu musculaire meurent en raison d'un manque d'oxygène, ce qui est douloureux pour les oiseaux, et restreint les mouvements des poulets. Les qualités organoleptiques de la viande en sont aussi dégradées.

Le changement c'est maintenant !

Dans l'ensemble, l'étude de la RSPCA confirme que l'utilisation de souches conventionnelles est non seulement mauvaise pour les animaux, mais aussi pour les consommateurs. Les poulets sont des êtres sensibles qui méritent une bonne qualité de vie : une vie où ils sont en bonne santé et peuvent exprimer leurs comportements naturels tels que marcher, chercher de la nourriture, se percher et prendre des bains de poussière. Les poulets issus de souches conventionnelles à croissance rapide ne faisaient guère plus que manger, s'asseoir et dormir. Le bien-être de ces oiseaux était négativement impacté, et la qualité de leur viande s'est également avérée moins bonne.

La sélection pour une croissance rapide, un rendement élevé en filet et l'efficacité alimentaire a conduit à une multitude de problèmes de bien-être chez les souches conventionnelles, tels qu'une mauvaise condition physique, une faible activité et un manque d'expression comportementale, comme détaillé ci-dessus. L'étude de la RSPCA a également confirmé l'impact de cette sélection génétique sur la mortalité, la locomotion, l’activité et la santé des souches conventionnelles.

À ce jour, plus de 100 entreprises à travers l'Europe se sont engagées à changer de souches de poulets dans leur approvisionnement d'ici 2026, dans le cadre du Better Chicken Commitment.

Consultez toutes nos ressources sur le bien-être des poulets de chair.