CIWF Logo Food Business
Search icon

Votre système sans-cage est-il adapté à l'avenir ?

Depuis 2016, nous avons été témoins d’une vague d’engagements hors-cage de la part des plus grandes entreprises agroalimentaires. Ce mouvement a été initié aux Etats-Unis par l’engagement de McDonald’s et s’est propagé à plus de 200 entreprises américaines, y compris Walmart, le plus grand distributeur du pays.

Les engagements ont rapidement suivi en Europe, avec notamment la quasi-totalité desdistributeurs français, des groupes internationaux comme Danone et Nestlé, et des géants de la restauration hors-domicile comme Sodexo, Elior Group ou Compass. Toutes ces entreprises se sont engagées à s’approvisionner en œufs issus d’élevages hors-cage d’ici à 2025 au plus tard.

Les entreprises reconnaissent ainsi que les systèmes d’élevage en cage pour les poules pondeuses sont obsolètes et ne correspondent plus aux attentes des consommateurs, car ils ne permettent pas d’assurer une qualité de vie satisfaisante aux oiseaux.

Les producteurs doivent investir dans le système le mieux adapté

Les entreprises engagées doivent désormais travailler avec leurs fournisseurs et investir dans des systèmes d’élevage adaptés aux besoins des poules, afin de garantir une meilleure qualité de vie aux animaux. Les systèmes d’élevages doivent aussi être prêts pour l’avenir, et permettre de répondre à la demande croissante des consommateurs pour des œufs hors-cage.

Pour garantir un  meilleur bien-être animal et une bonne qualité de vie, il faut satisfaire l’ensemble des besoins des animaux, aussi bien sur le plan physiologique et de la santé, que du point de vue du bien-être psychologique, en leur permettant notamment d’exprimer leurs comportements naturels.

Les poules pondeuses sont des animaux grégaires, avec des comportements sociaux complexes basés sur la hiérarchie au sein du groupe. Dans la nature, les poules partagent leur temps entre la recherche de nourriture en picorant et en grattant, l’entretien de leur plumage via des bains de poussières et le lissage des plumes, et se percher dans les arbres la nuit afin d’éviter les prédateurs éventuels.

Les poules présentent également un comportement de nidification complexe, allant de la recherche et la sélection du nid, au comportement pré-ponte (ramasser, gratter, se tapir, s’asseoir par petits cercles et soulever le bréchet) suivi de la ponte et de la couvaison post-ponte.

Facteurs essentiels à prendre en compte lors de la conception d’un bâtiment :

  • Suffisamment d’espace : la densité maximale autorisée par la réglementation européenne pour les systèmes sol et plein-air est de 9 oiseaux/m², mais la réduire à 7 oiseaux/m² bénéficie de manière significative aux poules en leur donnant plus d’espace pour exprimer leurs comportement naturels.
  • Fournir différents espaces fonctionnels : par exemple en séparant quartiers de jour et quartiers de nuit, avec des perchoirs en hauteur pour le repos, suffisamment de nids, et des zones d’activité séparées pour les bains de poussières, le picorage et le grattage afin de répondre aux besoins comportementaux des poules.
  • Les systèmes plein-air doivent fournir ombre et abris en quantité suffisante, afin d’encourager l’utilisation du parcours, et une végétation (herbes, buissons, plantes) diverse pour satisfaire les comportements d’exploration des poules.
  • Un élevage adapté des poulettes : l’élevage des poulettes dans un système similaire à celui dans lequel elles seront placées pour la ponte fait partie intégrante d’une bonne conduite d’élevage, car cela permet aux jeunes poules de s’habituer à l’utilisation des perchoirs et limite les risques de blessures ultérieures. Les poules sont également moins peureuses à leur arrivée dans le bâtiment d’élevage des pondeuses car l’environnement est similaire.

Pourquoi les systèmes combinés ne sont pas adaptés ?

Les systèmes de logement combinés (‘combi’) ou convertibles pour poules pondeuses présentent à la fois les caractéristiques des systèmes volières et des cages conventionnelles.

Les systèmes combinés sont des structures de type volière sur plusieurs niveaux, mais qui se  caractérisent par la présence de portes. Les poules peuvent ainsi sortir et se déplacer librement quand les portes sont ouvertes, mais le système peut se transformer en cages lorsque les portes sont fermées.

Ces systèmes sont décrits comme offrant des avantages en termes de conduite d’élevage et de production, permettant de maximiser la densité d’élevage et pouvant être utilisés en confinement total, si la demande pour des œufs ou ovoproduits  hors-cage venait à changer.

Cependant, lorsque les portes sont fermées, les poules sont confinées à des densités comparables à celles des cages conventionnelles. La cage ainsi formée ne présente pas non plus les aménagements clés pourtant nécessaires à l’expression du comportement naturel de l’animal comme la nidification ou le grattage.

Les systèmes combinés ne constituent pas une alternative appropriée à la cage pour les raisons suivantes :

  • Le système permet de confiner les oiseaux dans des cages soit de façon régulière, soit en permanence.
  • La densité est comparable à celle des systèmes conventionnels en cage.
  • Le passage régulier de la volière au confinement en cage peut entraîner chez les poules une augmentation du niveau de frustration et des comportements négatifs qui y sont associés.
  • Le manque d’enrichissement des cages empêche les animaux d’exprimer des comportements essentiels tels que la nidification et le grattage.

Il est important de noter que dans les volières à plusieurs niveaux bien conçues, des portes sont souvent incorporées afin de confiner les oiseaux temporairement dans une partie du bâtiment, en vue d’intervenir sur les animaux en cas de besoin (par exemple lors de la vaccination via l’eau de boisson).

Lors du choix et de la conception d’un système d’élevage alternatif à la cage, les producteurs et les entreprises doivent investir dans des systèmes qui tiennent pleinement compte des besoins physiologiques et comportementaux des poules pondeuses.

Les systèmes combinés compromettent le bien-être des poules pondeuses, et représentent un risque en termes d’image pour les entreprises. Il s’agit d’un investissement risqué, dans un système qui sera probablement dépassé et interdit bien avant la fin de sa durée d’amortissement.

CIWF va continuer à collaborer avec la filière, afin de s’assurer que les entreprises développent des systèmes d’élevage réellement hors-cage.

Pour en savoir plus sur les caractéristiques d’un logement hors-cage bien conçu et bien conduit, consultez notre guide technique ici.

Vous trouverez ici quelques exemples intéressants d’élevages hors-cage ayant également arrêté l’épointage du bec des poules pondeuses : Rondeel et Kipster (Lauréat 2018 du Trophée du Marketing).